Comprendre le Slow design pour mieux l’intégrer. 

Ce n’est pas une nouvelle mode.

La première fois qu’on a entendu parler de slow design , c’est 2004 par Alastair Fuad-Luke. Ce n’est pas non plus une mode, mais bien une façon de vivre et de penser. Le concept est de ralentir notre rythme de consommation, respecter l’environnement, mais surtout de privilégier notre bien-être et de ralentir notre rythme de vie.

Avoir une conscience écologique

Le slow design met en valeur des objets faits avec des matériaux recyclés et renouvelables. Le respect de la nature et le choix de matériaux noble et durable est au cœur de cet état d’esprit. On pense à long terme. On ne fait pas les choses en attendant. Investir judicieusement dans des produits de qualité dès le départ nous fera économiser à long terme. Consommer moins, mais mieux.

cowboy sam
Balançoire de Cowboy Sam par Janie Belcourt

Penser au gens avant de penser à l’argent.

Achat local, artiste et artisan, et objets fait mains sont les bases du slow design. Que ce soit pour nos armoires de cuisine, un divan ou n’importe quel objet de notre futur décor. Trouver une entreprise locale vous permet de connaitre des entrepreneurs passionnés de leurs métiers qui ont à cœur votre projet, et seront en mesures de vous créer des items uniques et durables qui répondrons réellement à vos besoins.

Prendre le temps de bien faire les choses.

On évite la fabrication de masse. Le « prêt-à-poser » qui va finir rapidement au dépotoir. On consulte les experts afin de bien planifier notre projet. Les marchants spécialisés ont des formations continues pour rester à la fut des nouvelles normes et sont les mieux placés pour vous proposer des matériaux et des façons de faire qui répondrons vraiment à vos besoins. Il est vrai que les délais de livraison et de fabrication sont plus long, mais comme on fait ça pour du très long terme, croyez-moi cette attente va être rentable. Prendre le temps de bien planifier votre projet, est la clé d’une rénovation réussie.

banquette, meuble sur mesure

Revenir à l’essentiel.

Concevoir des aménagements ou des produits qui répondent à un réel besoin et non pas à la mode du moment.  Le slow design n’est pas du désencombrement. Il s’agit plutôt de conserver les biens qui s’ont pratiques. C’est de réfléchir à nos besoins et se procurer des objets qui sont réellement indispensables à notre bien-être. On recherche l’unique et imparfait qui fait également partie du wabi-sabi, un principe japonais qui prône le retour à une simplicité, une sobriété paisible pouvant influencer positivement l’existence, où l’on peut reconnaître et ressentir la beauté des choses imparfaites.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *